Blog Tapisserie

Chers amis tapissiers, chers amoureux de la tapisserie vous trouverez dans cette rubrique des conseils en tapisserie, des actu déco, des petites histoires amusantes de la vie quotidienne à l’atelier En résumé, tout se qui attrait autour de mon univers, celui de la tapisserie d’ameublement .

RESTAURATION D'UN CABRIOLET DE STYLE LOUIS XVI

Ne pas négliger cette étape, un peu fastidieuse et très barbante c’est vrai !!! Néanmoins, il est important de s’appliquer pour retirer toutes les semences correctement, sans agrandir les trous et sans abîmer le bois surtout. L’astuce pour ne pas agrandir les trous, ni abîmer le bois est de bien positionner votre ciseau à dégarnir dans le sens des veines du bois. Lorsque vous avez retiré toutes les semences, il faut reboucher tous les trous des semences avec de la pâte à bois que vous aurez préalablament confectionné vous même. S’il vous plaît, pas de pâte à bois achété en grande surface de bricolage. C’est de la mauvaise qualité. Il faut confectionner votre propre pâte à bois avec un mélange de colle et de vrai sciure de bois. Enfin, avant de commencer la réfection de votre siège, il faut protéger les pieds du bois avec des chutes de tissu (confectionner des sortes de chaussettes épaisses pour le fauteuil)
On utilise des sangles en toile de jute pour former un quadrillage. Les sangles doivent être bien tendues car elles vont supporter tout le poids du fauteuil et le votre !! Comment poser les sangles ? Avec un tire sangle et des grosses semences (celles de 14mm). Le tapissier va former un joli damier sous la ceinture du fauteuil à retapisser. Il va poser les sangles côte à côte, en commençant par les sangles verticales.Puis le tapissier va poser les sangles horizontales en commençant par sangler à l’avant du sièges. Un fois terminé, tapotez sur ce beau quadrillage qui doit sonner comme un tambour si vos sangles sont bien tendues. Si ce n’est pas le cas, il faut recommencer !!
Guindage des ressorts : Les ressorts sont apparus en 1825. Jusqu’au milieu du XIXème siècle, les sièges étaient conçus sans ressort, ce qui avec le temps provoquait une cuvette au centre de l’assise comme le montre la photo du fauteuil avant d’être retapissé. A partir de 1825, pour éviter la formation de cette cuvette les tapissiers ont utilisé des petits ressorts de 3 spires.

La mise en crin consiste à garnir l’assise du fauteuil avec du crin. Le tapissier peut, selon la demande de son client, faire une mise en crin végétal ou animal. Dans le cas présent, j’ai utilisé de l’élancrin roux. C’est un crin végétal qui provient des cocotiers d’Asie. Le tapissier va donc ) confectionner une pelote en crin. La fabrication de la pelote passe par 3 étapes :
 la mise en crin, l’emballage avec la toile d’embourrure et le modelage de la garniture. La pelote doit être accueillante, c’est à dire qu’elle doit être légèrement inclinée vers l’arrière.Dans le jargon des tapissiers, cela s’appelle la fuite.
Comment procéder pour la mise en crin ? Le tapissier prend des grosses poignées de crin et le glisse sous un lacet. La pose du crin se fait toujours dans le même sens que la pose des lacets c’est à dire arrière, côté, milieu et enfin avant. Chaque poignée de crin est mêlée à la précédente et aux autres qui l’entourent. On obtient un crin vaporeux, très volumineux.
Ne pas oublier de tester la mise en crin en s’asseyant sur l’assise. Cela va permettre de vérifier
 – la qualité d’accueil de l’assise
 – la présence anormale de creux
 – la sensation anormale de la présence des ressorts

Dans le vocabulaire des tapissiers, le piquage est l’opération qui consiste à exécuter toutes les coutures de la pelote. C’est grâce à elles que le tapissier va donner la forme voulue à sa garniture.Dans le cas présent j’ai fait  – un point de fond  – deux rangées de points avants  – un bourrelet finJe développerais dans un autre article comment réaliser les points de piquâge.

Le tapissier commence par la pose du tissu à l’intérieur du dossier en médaillon. Il est possible de poser une toile à carreaux plutôt que le tissu final. En effet, le jour où vous voudrez changer de tissu (parce qu’il est sale ou parce qu’il ne vous plaît plus), vous ne devrez pas alors refaire entièrement votre dossier ; il n’y aura plus qu’à fixer le nouveau tissu sur l’avant du dossier. Pour poser le tissu, le tapissier utilise de la semence de 7mm

Pour la réalisation de la pelote du dossie, le tapissier va plus ou moins répéter les mêmes étapes que pour la confection de l’assise à savoir
 – Pose d’une demi ouatine après la pose de la toile à carreaux ou tissu final
 – Pose d’une toile forte
 – Mise en crin (lacets, crin, emballage avec toile d’embourrure)
 – Piquage (un point cachée et un point de bourrelet)

A chaque style sa forme : pour les dossier de style Louis XVI, les dossiers sont assez minces avec un petit bourrelet. La pelote doit être fuyante vers le bas du dossier .

La pose des ressorts
La mise en crin
Piquage du point de fond
Réfection du dossier : pose du tissu
Précédent
Suivant
   La mise en blanc consiste, pour le tapissier, à recouvrir l’assise ou le dossier d’un siège d’une toile blanche et solide afin d’isoler la garniture du tissu final. Cette étape est, pour le tapissier, une répétition générale de la pose du tissu final. La première étape de la mise en blanc est la préparation et la découpe de la toile blanche. Le tapissier coupe la toile selon les mesures suivante : largeur maximum de l’assise + 10cm ; profondeur de l’assise + 10cm. Ensuite le tapissier marque l’axe central de la toile blanche découpée.Deuxièmement, le tapissier doit choisir les semences appropriées, en l’ocurence des semendes de 7 qu’il appointe tous les 1 ou 2cm. Le tapissier les place sur la partie haute de la feuillure, sous le chanfrein en veillant à laisser suffisamment d’espace pour les semences du tissu final. Les semences doivent être appointées, c’est à dire clouées juste à moitié. Le tapissier ne les enfoncera complètement que lorsque la toile sera parfaitement posée.   Troisièmement, le tapissier doit définir le sens de la pose. Il appointe la toile sur la feuillure de la traverse arrière en laissant 5cm de chaque côté, puis le tapissier appointe la toile sur l’avant. Ensuite il pose la toile sur les deux cotés avec quelques semences tout en respectant le droit fil bien sûr. Après cela, le tapissier effectue les coupes autour des montants du dossier. La travail de la mise en blanc va s’effectuer « en croix » c’est à dire que le tapissier va travailler successivement à l’arrière du fauteuil puis à l’avant et de chaque côté du siège. Ensuite il retourne à l’arrière du fauteuil, il appointe un peu plus, puis de nouveau vers l’avant, il appointe encore un peu, et après de chaque côté. Et ainsi de suite jusqu’à la fin de la mise en blanc. Le tapissier ne doit surtout pas poser la toile blanche en une seule fois sur chaque traverse. Le travail doit être effectué progressivement et successivement côté par côté.
Le tapissier commence par la pose du tissu à l’intérieur du dossier en médaillon. Il est possible de poser une toile à carreaux plutôt que le tissu final. En effet, le jour où vous voudrez changer de tissu (parce qu’il est sale ou parce qu’il ne vous plaît plus), vous ne devrez pas alors refaire entièrement votre dossier ; il n’y aura plus qu’à fixer le nouveau tissu sur l’avant du dossier. Pour poser le tissu, le tapissier utilise de la semence de 7mmPour la réalisation de la pelote du dossie, le tapissier va plus ou moins répéter les mêmes étapes que pour la confection de l’assise à savoir  – Pose d’une demi ouatine après la pose de la toile à carreaux ou tissu final  – Pose d’une toile forte  – Mise en crin (lacets, crin, emballage avec toile d’embourrure)  – Piquage (un point cachée et un point de bourrelet)A chaque style sa forme : pour les dossier de style Louis XVI, les dossiers sont assez minces avec un petit bourrelet. La pelote doit être fuyante vers le bas du dossier .
Mise en blanc de l'assise
Résultat final
AVANT/APRÈS
Pose du tissu sur le dossier
Précédent
Suivant

Les tissus LE MANACH sont à l'atelier de tapisserie STEPHANIE HALLAIRE 😍

L’atelier est fier de vous présenter ses premières créations avec les tissus Le Manach. Cette célèbre maison, créée en 1829 est l’une des dernières en France à tisser des soieries et des velours sur des métiers à bras.Le Manach jouit d’une réputation construite au fil des années et de son savoir-faire unique, attirant une clientèle de professionnels de haut niveau et de toutes sensibilités qui continuent de faire la renommée internationale de la Maison. Grande pourvoyeuse de monuments historiques, la Manufacture a retissé, entre autres, le damas vert du salon de musique de l’impératrice Eugénie au château de Compiègne, le lampas pour le boudoir du roi de Rome à fond bleu sombre et tissage d’or et d’argent, la brocatelle de la chambre du roi à Vaux le Vicomte…Pour le tapissier, travailler un tissu Le Manach est un vrai plaisir. Ces belles étoffes sont d’une souplesse incroyable. De plus, elles sont personnalisables à l’infini..