Relooking d’un prie Dieu

Cette semaine, je vous fais découvrir les différentes étapes de transformation d’un siège assez rare. Il s’agit d’un fauteuil/prie Dieu. C’est une pièce que j’avais remportée aux enchères il y a environ une dizaine d’années et à laquelle je suis très attachée. Ce siège appartenait à un photographe qui, au début du XXème siècle, s’en servait dans son studio pour photographier les jeunes communiants qui souhaitaient immortaliser l’évènement.Avant de vous montrer le résultat final de son relooking, je vais vous expliquer quelles sont les différentes étapes pour la patine d’u meuble.C’est un fauteuil de style Louis XVI qui était peint en blanc. Avant de procéder à sa réfection à l’ancienne (avec une garniture en crin végétal), le bois a été aérogommé puis cérusé en blanc.

FAUTEUIL AVANT

fauteuil prie dieu style Louis XVI

1 - Aérogommage

C’est un fauteuil de style Louis XVI qui était peint en blanc. Avant de procéder à sa réfection à l’ancienne (avec une garniture en crin végétal), le bois a été nettoyé par aérogommage Grâce à cette technique, finis la corvée du décapage à la main. Et le résultat final est vraiment bien plus efficace que si effectué manuellement.Quelques explications sur cette technique ?Elle est réalisée avec une machine professionnelle qui mélange de l’air à du sable. La machine est reliée à un compresseur qui va projeter sous pression du sable via un pistolet. La machine peut monter à près de 8 bar, mais pour les meubles fragile en bois ,il est préférable de descendre à 3 ou 4 bars. c’est le cas ici pour le nettoyage de mon prie Dieu

2- Protection du bois

Une fois que le bois est bien propre, j’ai appliqué au pinceau du fond dur. L’utilisation, en première couche d’un fond Dur est destinée à préparer le bois avant l’application de la finition. Il permet de protéger le bois. Il est également recommandé lorsqu’on souhaite que le bois conserve sa nuance la plus claire possible

3- Cérusage

C’est une technique décorative destinée à faire ressortir le veinage du bois en creusant les veines les plus tendres puis en appliquant une cire blanche ou pastel qui souligne celles-ci par contraste.Sur le fauteuil Prie-Dieu, j’ai appliqué la pâte à céruse avec de la mèche de coton en faisant des mouvements circulaires. J’ai laissé sécher puis j’ai retiré avec un chiffon le surplus de céruse.Pour la touche finale, ponçage avec de la laine d’acier triple zéro.

FAUTEUIL APRÈS

Article écrit par Stéphanie Hallaire, tapissier à Rueil-Malmaison

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *